transhumance des vaches

 
   L'allure du troupeau  se fait plus rapide car les bêtes sentent que le sommet est proche.
Après l'effort de la montée, l'herbe bien verte et fraîche de l'estive  sera une bonne récompense. 
Pendant tout l'été, elles en profiteront, en toute liberté.

Le pelage des vaches est tout luisant. Chez nous, pas de brossage à la dernière minute pour la "parade". C'est tout au long de l'année, quand les bêtes sont dans les granges, que nous les brossons avec une "étrille" (brosse à vaches) pour leur bien-être. Elles adorent ça ! C'est comme un massage pour nous! Papy Pierre disait : " un bon brossage vaut bien une ration de foin ! ...." et puis, c'est sûr, rien ne vaut une bonne alimentation naturelle pour que lles bêtes se portent bien et nous donnent du bon lait.


Photos des Anciens


Tonte traditionnelle  des brebis, avec des ciseaux, par Pépé Marcel, Papy pierre et les enfants. (dans les années 1960 )

 
L'arrière grand-mère, mémé Eugénie, épouse de Pépé Marcel, partait vendre ses fromages au marché d'Argelès, avec sa fille Marie.
Elles passaient d'Arbéost à Marsous, à pied par le lac de Soum (à côté du col du Soulor)
Grâce à la mule, elles pouvaient transporter les fromages .
Le chemin était long et la montée tres difficile.
Plusieurs femmes du village d''Arbeost empruntaient le même chemin. Elles faisaient "route" ensemble .
A l'époque, la route n'existait pas entre Arbéost et Arrens, aussi, pour elles, leur périple était ...."normal"..!!..
On ne peut qu'être admiratif devant tant de courage et de volonté !

Papy Pierre faisait le fromage à l'ancienne, dans un chaudron .
Aujourd'hui, son savoir faire et ses conseils nous sont toujours aussi précieux , pour continuer la fabrication des fromages  et pour perpétuer la tradition familiale.

Papy Pierre et Mamy Marie vendaient leurs fromages au col du Soulor. (en plus des marchés)
Qu'il vente, qu'il pleuve ou qu'il neige, ils faisaient toujours leur possible pour être présents pour la clientèle.